Faits Divers

Accidents de la route : quatre jeunes perdent la vie en une semaine

Arvind Barah, Manish Avinash Ramessur, Niven Moothian et Shakeel Moossun.

Nos routes ont fait quatre nouvelles victimes en une semaine. Dans la fleur de l’âge, Arvind, Manish, Niven et Shakeel laissent derrière eux des proches plongés dans la douleur. Témoignages.

La tristesse est à son comble et l’atmosphère pesante chez les Moossun, à Vacoas. Henna (25 ans), la sœur de Shakeel Moossun, est toujours sous le choc. « Mon frère devait fêter ses 22 ans, le 14 février, mais il s’en est allé », dit-elle.

La voiture dans laquelle se trouvaient Shakeel Moossun et son ami Niven Moothian (22 ans) a terminé sa course dans une rivière, à Yemen, dans la région de Rivière-Noire, aux petites heures du samedi 10 février. Ils n’ont pas survécu à leurs blessures. Shakeel Moossun a subi une fracture du cou, alors que Niven Moothian est noyé, selon le rapport d’autopsie.

« Shakeel apportait le bonheur partout où il allait. C’était un bon vivant. Mon père est très affecté. Il était très proche de mon frère et l’accompagnait à la salle de gym tous les jours. Ils étaient tous deux passionnés de foot. Le 14 février, on a organisé des prières pour Shakeel. »

Henna raconte que la famille avait prévu une surprise pour l’anniversaire de Shakeel. « Nou ti fini aste kado pou Shakeel. Me limem li finn fer nou enn sirpriz ki nou pa ti atann. Shakeel et moi avons grandi ensemble et je garderai beaucoup de bons souvenirs de lui. Il a laissé un grand vide dans le cœur de tous ceux qui l’aimaient. »

Chez les Moothian à Coromandel, c’est la même détresse. Neela (50 ans), la mère de Niven, est inconsolable. Rencontrée le dimanche 11 février, elle était assise en pleurs dans le salon familial. Ses proches, qui étaient à ses côtés, tentaient de la consoler. Après avoir perdu son époux, elle perd aujourd’hui son fils.

« La vie n’est plus la même. Malgré son jeune âge, Niven avait des projets plein la tête. Il voulait se lancer dans l’immobilier et s’engager dans la location de voitures. J’ai des jumelles âgées de 19 ans et Niven faisait tout pour qu’elles soient heureuses. Il était quelqu’un de fidèle et de dévoué. C’était un enfant intelligent. Mo finn perdi mo lame drwat. Niven était l’homme de la maison », pleure Neela.

Mardi soir, à Montagne-Blanche,  un autre drame s’est joué. Arvind Barah était au volant de sa BMW, quand il en a perdu le contrôle et fait une sortie de route. Sa mère Vidyawantee, que nous avons rencontré dans la maison familiale, à Sébastopol, tente de se montrer forte, malgré sa grande douleur. 

Sundeep, le frère d’Arvind, n’arrive pas à croire que ce dernier a rendu l’âme. « Arvind était un adepte de tuning. Il était toujours jovial. Ena sink loto dan nou lakour. Kan ena pou sanz bann pyes ou fer servising, Arvind mem ti pe fer tou. Ma mère ne cesse de pleurer. Arvind était son préféré et ils partageaient la même chambre. Sa santé s’est détériorée depuis la disparition tragique d’Arvind. »

Pour Sundeep, Arvind était le rayon de soleil de la famille. « Arvind voulait partir travailler sur un bateau de croisière pour économiser afin de pouvoir célébrer son mariage. Il s’était fiancé l’année dernière. Sa fiancée est traumatisée. C’était un garçon aimable et très apprécié dans la localité. »

À Hollyrood, Vacoas, la famille Ramessur pleure également la disparition d’un des siens dans un accident de la circulation. Manish Ramessur (29 ans) circulait à moto aux petites heures de mercredi, à Henrietta, quand il a dérapé et fait une chute. Il revenait de chez ses cousins quand l’accident s’est produit.

Premawtee (52 ans), la mère de Manish, est consternée. « Mon fils a connu une fin atroce. Depuis sa mort, j’ai perdu la joie de vivre. Je ne cesse de penser à lui. Il était toujours à mes côtés pour me soutenir. Ma vie n’a plus de sens. »