Live News

Arnaque en ligne : une douzaine de Facebookers allégée d’au moins Rs 500 000

Le Central Criminal Investigation Department (CCID) a été saisi d’au moins une douzaine de cas de personnes escroquées par un « ami » sur Facebook ces derniers jours. Dans la dernière plainte en date, une habitante de Quatre-Bornes explique comment son « ami » qui s’est présenté comme le directeur des Ressources humaines d’une grande société étrangère l’a « ajouté » sur le réseau social. 

De fil en aiguille, il lui a fait part de ses malheurs de devoir élever seul une fille, sa femme étant décédée. Les conversations ont glissé sur l’éducation des enfants et c’est ainsi qu’il lui a proposé de lui faire parvenir des cadeaux tels qu’une somme de 35 000 livres sterlings - soit l’équivalent de Rs 1,6 million -, des téléphones portables ainsi qu’un ordinateur portable destiné à ses enfants. Dans sa plainte consignée la semaine dernière, la quadragénaire explique qu’il est parvenu à lui soutirer la somme de Rs 45 000 sous prétexte qu’il fallait déposer cette somme sur le compte en banque d’un ami chargé de dédouaner ces beaux « cadeaux ». 

L’escroc semble bien au fait des tarifs douaniers, car il a calculé exactement le montant devant être payé, ce qui a été vérifié par l’époux de la victime. « Quand elle m’a annoncé qu’il lui avait envoyé des cadeaux, j’ai lui ait dit de faire attention. Ensuite, quelqu’un a pris contact avec elle pour que Rs 15 000 soit versé sur son compte pour les démarches pour les téléphones et les ordinateurs. Plus tard, il a réclamé Rs 30 000 additionnelles. J’ai appelé la Mauritius Revenue Authority et c’était le tarif pour une somme d’argent envoyés par colis. Tout paraissait crédible », explique le mari. 

C’est en ne voyant pas arriver les cadeaux que le couple a senti le roussi. Il a mené sa petite enquête et découvert que les numéros de compte en banque que leur a été donnés sont ceux de deux femmes habitant Goodlands et Mahébourg. Le mari ne sait pas s’il pourra récupérer ses Rs 45 000 alors que « l’ami » de sa femme continue à lui envoyer des messages. Elle n’est pas la seule être tombée dans le panneau, une habitante de Petite-Rivière ayant été soulagée d’une somme de Rs 47 000 la semaine dernière.