Xplik ou K

Autobus individuels : la NTA aux aguets

Autobus individuels

Ce n’est pas la première fois que le non-respect des horaires et autres mauvaises pratiques des autobus individuels sont décriés par des passagers. Bilal fait le trajet entre Quatre-Bornes et Flic-en-Flac tous les jours en sortant du travail. Il dénonce le comportement de certains employés des opérateurs individuels  d’autobus.

C’est vers 18 heures qu’il doit prendre le bus en direction de Flic-en-Flac. Bilal explique qu’il prend le bus à Quatre-Bornes devant un supermarché et que souvent, arrivé à Bambous ou à Cascavelle, le bus s’arrête, rend l’argent du trajet aux passagers et leur demande de descendre et les transfère dans un autre autobus et parfois ils doivent se débrouiller pour trouver un moyen de rentrer chez eux. « À cette heure-là, il commence déjà à faire nuit et certaines dames doivent rester sur l’arrêt d’autobus et attendre longtemps qu’un autre bus arrive ou alors prendre un taxi. Il m’arrive souvent de regagner mon domicile à Flic-en-Flac à pied depuis Cascavelle », nous explique ce passager exaspéré. Bilal n’est pas le seul à se plaindre de ce comportement. D’autres passagers expliquent que « ces autobus ne respectent jamais les horaires ».

Informé de cette situation, Kaushik Reesaul, commissaire à la National Transport Authority (NTA) se dit très remonté face à de telles attitudes. Il promet que ceux qui violent les règlements n’échapperont pas aux sanctions. « Les opérateurs de cette ligne sont obligés d’atteindre la destination qu’ils affichent quand ils quittent la gare. Nous avons été informés que ces employés vane zot passazer ek enn lot bis, comme ils le disent dans leur jargon. »

Le commissaire prévient qu’une opération serait bientôt mise sur pied pour des vérifications surprises. « Nous avons été prévenus du comportement de plusieurs autobus précis. Je ne vous donnerai pas plus de détails, mais nous tenons à rassurer les passagers lésés. La situation retournera à la normale très vite », explique-t-il.


Passagers, dénoncez !

Se taire, c’est être complice de ces mauvaises pratiques. C’est pour cette raison que la NTA encourage les passagers à dénoncer les chauffeurs qui ne respectent pas les horaires, leurs trajets ou autres responsabilités. Si vous en êtes victime, notez le numéro d’immatriculation de l’autobus et gardez votre ticket. Par la suite, rapportez le cas à la NTA. Vous pouvez également vous rendre au poste de police le plus proche pour rapporter le problème.