Live News

Aux Casernes centrales : un automobiliste « berné » par un escroc pour obtenir un permis pour autobus

Casernes centrales L’escroc a accompagné sa victime aux Casernes centrales avant de lui extorquer Rs 5 000.

Mahen (prénom fictif), 53 ans, se mord les doigts. Cet automobiliste, détenteur d’un permis voiture, voulait aussi conduire des autobus. Un escroc l’a berné en lui faisant croire qu’il pouvait obtenir son permis en soudoyant un policier, mais tel n’a pas été le cas. Une fois l’argent de l’automobiliste en poche, l’escroc s’est volatilisé. Il est actuellement recherché.

Tout a commencé le 19 avril dernier. Mahen raconte : « J’étais dans ma voiture quand j’ai croisé quelqu’un que je connais à Helvetia. Il m’a demandé si je pouvais le déposer à Moka et j’ai accepté. Il est monté dans ma voiture et, en cours de route, a engagé la conversation. Mon passager m’a demandé depuis combien de temps j’avais mon permis de conduire ».

Il lui a alors expliqué qu’il y a quelques mois, il avait échoué au examen pour obtenir son permis pour autobus. Son passager a tout de suite rétorqué qu’il ne fallait pas s’en faire : « Mo ena enn dimoun dan lamin ». « Puis, il a mentionné le nom d’un sergent de police, en soulignant que ce dernier faisait partie de ses proches. Ensuite, mon passager a ajouté qu’il n’était plus nécessaire pour moi d’attendre plusieurs mois pour repasser le test », ajoute l’automobiliste.

« La pey mo ganye pa ase »

Mahen, sceptique, a décliné la proposition. «  Je lui ai dit que je préfèrerais attendre pour repasser le test, mais le jeune homme s’est montré insistant », dit-il. Une fois arrivé à sa destination, il est reparti. Mahen croyait que cette discussion était close.

Le lendemain, le jeune homme appelle Mahen. «  Il m’a dit qu’il avait parlé au policier et que cela coûterait Rs  15  000. Monn dir non. Mo ena fam, zanfan pou swanye, la pey mo ganye pa ase. Li dir mwa atann li pou rapel mwa », raconte la victime. Effectivement, quelques minutes plus tard, il reçoit un autre appel au cours duquel, son interlocuteur déclare : «  Li dir mwa Rs 10 000. Rise, li dir Rs 9 000 ».

Ce jour-là, il a reçu un troisième appel téléphonique. «  Li dir mwa korek, amenn enn la mone ek mwa, li pou pass pran mwa dan so loto pou nou al kasern. Nou ena pou al zwenn la polis ». Mahen est allé le rejoindre et les deux hommes se sont rendus aux Casernes centrales.

Alors qu’ils marchaient, l’individu l’a informé de se tenir à l’écart. « Il m’a dit de ne pas le suivre, mais de lui remettre le sac où j’avais mes papiers et les Rs 5 000. De loin, je l’ai vu converser avec un policier, mais je n’ai pas pu entendre ce qu’ils se disaient. Il a montré le sac au policier, puis ils ont marché ensemble pendant un moment et je les ai perdus de vue. Ensuite, il est réapparu sans le sac. Il m’a dit que tout était réglé et qu’il fallait attendre un à deux jours ». Mahen et le jeune homme sont repartis.

Deux jours plus tard, Mahen a reçu un nouvel appel. « Il m’a dit que le sergent voulait Rs 5 000 de plus. Je lui ai dit que ce n’était pas la peine d’en demander plus. Monn dir li, sa kou la rann mo kas, li finn rakrose  ». Depuis, Mahen a essayé à maintes fois de le joindre au téléphone, mais en vain.

Conscient qu’il s’est fait berner, l’automobiliste a consigné une plainte pour escroquerie au poste de police des Casernes centrales.