Xplik ou K

Circulation de faux billets : les commerçants ont-ils le droit de refuser un billet de Rs 2 000 ?

billets

« Nous n’acceptons pas les billets de Rs 2 000 ». C’est ce qu’on peut lire sur des écriteaux dans certains commerces. Les gérants refusent ces billets en raison des fausses coupures qui circulent en ce moment. La Banque de Maurice nous donne des éclaircissements.

«Je ne peux accepter votre billet. J’ai reçu des directives de mon patron », explique un  livreur d’une compagnie de distribution de lait, la semaine passée à Azad, propriétaire d’un supermarché à Plaine-Magnien. « Il a refusé de me livrer parce que je réglais avec un billet de Rs 2 000 ». Il n’est pas le seul dans cette situation inconfortable.

Feyçal Caunhye, chargé de communication à la Banque de Maurice (BoM), explique que la Bank of Mauritius Act 2004 (part 6 section 37), précise que « toute pièce de monnaie ou billet émis par la Banque centrale, encore en circulation et qui n’a pas été démonétisé, est défini comme Legal Tender : ils sont reconnus comme devise légale. Ces commerçants, au lieu de prendre des mesures pour vérifier l’authenticité du billet, le refusent. Ce faisant ils fuient leur responsabilité et commettent un délit ».

Pour protéger l’intégrité des billets et rendre leur contrefaçon plus difficile, la BoM a, au fil des années, renforcé les dispositifs de sécurité intégrés dans les billets. « Ces caractéristiques de sécurité peuvent être consultées sur le site internet de la Banque. Le public peut aussi appeler à la Banque durant les heures de travail pour obtenir un dépliant sur ces éléments de sécurité » indique le chargé de communication.

Feyçal Caunhye déplore qu’il n’y ait pas de loi spécifique pour sanctionner ceux qui refusent d’encaisser le billet de Rs 2 000, mais qu’une réflexion s’impose concernant ce problème.

Le chargé de communication à la Banque de Maurice« trouve dommage que nos citoyens réagissent à l’encontre du système monétaire du pays à cause de l’arrestation de quelques faux-monnayeurs. »


 

Appareils pour détecter les faux billets

Il existe des appareils pour vérifier l’authenticité des billets, appareils disponibles dans le commerce pour moins de Rs 1 000. Ils se placent discrètement sur le comptoir ou sous la caisse pour vérifier les billets que vous tendent les clients. D’autres gadgets viennent s’ajouter à cette panoplie. Ainsi, pour Rs 100 ou parfois moins, vous pouvez vous procurer un stylo détecteur.


Que faire en présence d’un faux billet ?

À la lumière des plaintes récentes sur la circulation de billets de Rs 2000 contrefaits, les membres du public sont encouragés à se familiariser avec les dispositifs de sécurité sur les billets de banque. « Il est du devoir de tout un chacun de prendre la peine de vérifier les billets en sa possession (voir infographie). Si vous tombez sur un faux billet, vous devez consigner une déposition au poste de police le plus proche. Certes, beaucoup sont réticents quand il s’agit de rapporter le cas à la police. Mais, il n’y a rien de grave si vous êtes victime », rassure Feyçal Caunhye.


Infographie

« Signes de reconnaisance et d’authenticité »

RECTO

Chaque coupure est caractérisée par le portrait, fait à la main, d’un personnalité mauricienne, placé dans la partie gauche. Au centre de chaque coupure paraissent des représentations de la façade de la Banque de Maurice et de la statue de la justice. Dans la partie supérieure droit, sous la valeur en chiffres, un élément imprimé destiné à aider les mal-voyants fournit à ceux-ci un signe de reconnaissance qui s’ajoute à la différence dimensionnelle de chaque coupure.

VERSO

Chaque coupure est caractérisée par une scène de la vie ou du paysage mauricien. On y trouve également, dans la partie inférieure, la valeur de la coupure en langue hindi, tamil et gujarati.

Authentifier les billets en se fiant aux signes suivants:

Signes communs pour l’ensemble des valeurs.

1. Le toucher caractéristique d’un billet de banque.
2. Le filigrane à trois dimensions en forme de tête du dodo visible contre la lumière.
3. Transvision sous forme de conque : la représentation stylisée d’une conque est imprimée au recto et au verso avec des motifs formant un cercle complet lorsqu’ils sont vus contre la lumière.
4. Fil « à fenêtre » sur lequel on peut lire «Bank of Mauritius»: vu contre la lumière, le fil est continu,
vu à plat, il est discontinu.
5. Portrait gravé en creux à l’encre intaille.
6. Image cachée: vue à la hauteur des yeux, les lettres BM sont visibles.
7. Texte en miniature: les lettres « BM » deviennent visibles sous la loupe.
8. Éléments fluorescents : sous une lumière ultra-violette, les chiffres correspondants à la valeur faciale de chaque coupure. 2 000, 1 000, 500, 200, 100
9. Bande iridescente dorée : vue sous la lumière, cette bande est visible: vue sous d’autres angles, elle disparait.
10. Sur le billet de Rs 2 000, un hologramme réunit les images du dodo et de la valeur en chiffres 1 000, 500, 200
11. Feuille d’argent : deux images différentes de la valeur en chiffrent ou des formes géométriques sont visibles sous des angles différents. Hologramme : En 2011, un hologramme remplaça la feuille d’argent dans les billets de Rs 1 000 et Rs 500 et fut inséré dans le billet de Rs 200, 100
12. Encre métallisée argent: bande métallisée argent terne, dans la partie gauche au recto, de haut en bas du billet et, entourant le chiffre de valeur dans la partie haute au recto.

Jouer Mega Millions