De la drogue synthétique valant Rs 930 000 saisie : Jean Clarel Nadal agresse des officiers de l’Adsu

Par Cedric Ramasawmy O commentaire
tribunal flacq

Il s’est montré violent avant de brutaliser les policiers lors d’une perquisition à son domicile, mercredi 21 mars. Cette opération a eu lieu après la saisie de 62,92 grammes de drogue et d’une somme d’argent à Bel-Air.

Jean Clarel Nadal, surnommé Tipois, a passé la nuit en détention policière. Cet habitant de Camp Nadal, Trou-d’Eau-Douce, âgé de 34 ans, a été arrêté, mercredi après-midi, en compagnie de son ami Louis Miguel Chocalingum, âgé de 41 ans. Ils ont comparu devant le tribunal de Flacq, jeudi 22 mars, sous une charge de trafic de drogue. Ils ont été reconduits en cellule policière.

Les limiers de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (Adsu) de la Southern Division, sous les instructions du Detective Inspector Appasamy, ont eu des renseignements qu’un dénommé Miguel s’adonnait à des activités illicites sur l’aire de stationnement d’un supermarché à Bel-Air. Une opération est alors montée vers 12 h 55. Les officiers ont interpellé Louis Miguel Chocalingum, habitant Bel-Air-Rivière-Sèche, en compagnie de Jean Clarel Nadal. Les deux suspects conversaient dans une voiture que conduisait Satida Ramen, 26 ans.

Lors d’une fouille rigoureuse, les policiers ont mis la main sur un sac en plastique qui contenait de la drogue synthétique. Au total, 69,92 grammes ont été saisis. La valeur marchande de cette drogue est estimée à Rs 930 000. La brigade antidrogue a aussi découvert une somme d’argent sur Miguel. Il avait en sa possession Rs 11 725 en diverses coupures. Cet argent est soupçonné de provenir de la vente de la drogue. Un cellulaire Samsung et la Nissan March ont été réquisitionnés pour les besoins de l’enquête.

Les hommes du DI Appasamy ont effectué des perquisitions chez Miguel Chocalingum et Satida Ramen, mais rien de compromettant n’a été retrouvé. Par contre, l’exercice chez Jean Clarel Nadal, alias Tipois, a été plus musclé. Il a tenté de fuir mais s’est fait rattraper après une course-poursuite. Lors de son arrestation, il s’est montré violent et a agressé les policiers. Tipois a été maîtrisé par l’escouade de la Southern Division qui l’a conduit derrière les barreaux. Seul Satida Ramen, un marchand de fruits, a été autorisé à rentrer chez lui.

L’enquête est supervisée par l’ASP Jean-Pierre.