Economie

Début d’hiver : les ventes dans les pharmacies boostées

pharmacies Les Mauriciens dépensent un minimum de Rs 150 pour lutter contre la grippe.

Qui dit début d’hiver, dit toux, rhume, fièvre ou encore gastro-entérite... Les Mauriciens sont nombreux à acheter des médicaments pour lutter contre ces maux en cette période. Comment se porte la vente dans les pharmacies ?

Depuis la semaine dernière, une pharmacie de Quatre-Bornes enregistre une hausse de15 % à 20 %. «  Les Mauriciens sont nombreux à attraper une grippe en cette période de transition climatique », soutient le responsable. C’est le même son de cloche chez Nori-Pharm à Lallmatie et Noor-Pharma à Brisée-Verdière. La directrice Norina Sookmoulla dit avoir noté une hausse de 10 % dans la vente en ce début d’hiver, comparé à avril.  « Depuis la semaine dernière, nous vendons des médicaments contre la gastro et la conjonctivite.  En plein hiver, ce sont plutôt les médicaments contre la grippe qui sont les plus vendus », fait-elle ressortir.  Cette dernière prévoit une augmentation de 25 % dans la vente d’ici deux semaines. À Rose-Hill, le responsable de la Pharmacie Buckingham, Vishal Parsad indique une hausse de 5 % dans la vente.

À partir de Rs 150

Nos interlocuteurs font ressortir qu’une personne débourse Rs 150 en moyenne pour l’achat de médicaments contre la grippe, la toux et le rhume, sans besoin d’une ordonnance. « Cependant, avec ordonnance, le client achète normalement des médicaments en boîte, y compris des antibiotiques. Le budget s’élève alors à un minimum de Rs 300 », indique Norina Sookmoulla.

Prix stables

Les prix des médicaments, affirment-ils,  sont restés stables depuis trois ans. «  Seulement les nouveaux produits pour les diabétiques sont en légère hausse », dit Norina Sookmoulla. Les prix, précise-t-elle, peuvent varier en fonction de la fluctuation de la roupie. « À ce moment-là, la différence est entre Rs 2 et 3 », dit-elle.  Vishal Parsad abonde dans le même sens. «  J’espère qu’il n’y aura pas de hausse de prix sinon les activités dans les pharmacies seront affectées  Déjà, les Mauriciens vont aux hôpitaux pour les médicaments car ils trouvent que nos prix sont élevés », dit-il.