Interview

Jimmy Khan : «La croissance de 10 % dans la construction est réalisable»

Jimmy Khan Jimmy Khan, Managing Director de Lafarge Holcim (Mauritius)

Le Metro Express, l’hôpital ENT, les 2 000 logements sociaux et les trois autoponts de Phœnix, entre autres. Si ces projets d’envergure se concrétisent comme prévu et dans les temps, une croissance de 10 % dans la construction cette année sera atteinte. C’est ce que fait ressortir Jimmy Khan, Managing Director de Lafarge Holcim.

Depuis deux semaines, les différents types de ciment de Lafarge (Mauritius) se vendent entre Rs 2,50 et Rs 4 plus cher. Qu’est ce qui explique cette hausse des prix ?
La dernière augmentation des prix chez Lafarge remonte au 6 février 2015. Notre prix d’achat de ciment ainsi que le coût de « bunkering » a accusé une augmentation de 8 % à la fin de décembre. Notre prix de ciment a donc augmenté avec l’arrivée de notre bateau de janvier 2018. On a eu aussi des augmentations des coûts en local, comme l’augmentation des salaires et les coûts de production en local, entre autres. Nous avons passé la hausse de 2,2 % en moyenne le 26 janvier 2018, qui est en-dessous du taux d’inflation de 3 % vis-à-vis des 8 % que nous avons encourus. Nous avons ainsi absorbé une moyenne de 5,8 % de l’augmentation.

Comment se porte la vente de ciment à présent ?
La vente suit la progression du secteur de la construction, estimée à 7 % en 2017 et 10 % en 2018. Les ventes sont affectées en ce début d’année dû au mauvais temps et les jours non ouverts. Nos ciments Baobab Lakaz (lancés en 2015) et Baobab 6 (lancé en 2017), les deux produits mélangés localement, sont très bien accueillis par la clientèle et constitue plus de 25 % de nos ventes en sac. Les clients perçoivent les réels bénéfices de ces ciments spéciaux, produits plus adaptés à nos conditions climatiques et aux applications. Les deux produits de ciment sont commercialisés à 8 % moins cher que le ciment traditionnel et aident ainsi à baisser le coût de construction.

Quels sont les défis de ce secteur d’activités  cette année ?
En tant que fournisseur de ciment à Maurice, on n’envisage aucune contrainte, car nous avons la capacité de fournir le marché, même avec une demande croissante. Toutefois, le focus pour nous cette année sera axé sur l’innovation et le développement des produits supérieurs dans l’activité du ciment et du béton et aussi dans nos prestations de service clients. Nous avons constaté qu’il y a un manque de main-d’œuvre locale pour pouvoir travailler sur les grands chantiers annoncés. Il y a en général un manque accru de main-d’œuvre pour le secteur de la construction. Par ailleurs, le secteur demande des investissements massifs dans les équipements. Autre défi : un temps limité pour le repaiement si les projets ne sont pas étalés sur des périodes plus longues pour pouvoir amortir les coûts.

Le secteur de la construction devrait connaître un taux de croissance important cette année. Vos commentaires…
La croissance de 10 % annoncée par Statistics Mauritius se concrétisera si les projets publics comme le Metro Express, l’ENT Hospital, les 2000 logements sociaux, la New Supreme Court, le viaduc A1-M1, les trois autoponts de Phœnix qui s’inscrivent dans le Road Decongestion Programme du gouvernement vont de l’avant comme prévu et dans les temps.