Faits Divers

La propriétaire d’une maison se plaint de «chantage et d’intimidation»

Rajkumari, 69 ans, est une Mauricienne qui vit à l’étranger. Elle possède une maison à Floréal mais elle risque de se retrouver dans la situation de « proprieter vine lokater ».

Dans une déclaration au poste de police de Floréal le lundi 21 mai, Rajkumari explique : « Vers 16 heures samedi, j’étais avec des proches, chez moi à Floréal, lorsqu’une femme et un groupe de gros bras ont exigé que je signe un papier blanc. J’ai refusé et un homme est devenu violent tandis que d’autres m’ont intimidée en exhibant des armes. » Des habitants de la localité ont accouru pour savoir ce qu’il en était et la bande a pris la fuite en menaçant de revenir bientôt. Depuis, Rajkumari dit craindre pour sa sécurité et celle de sa famille.

Cette affaire a pour toile de fond un litige entre Rajkumari, propriétaire d’une maison et une femme qui aurait occupé les lieux pendant son absence au pays. Selon elle, l’une de ses proches qui entretenait sa maison, l’a cédée à cette personne sur une base temporaire. Rajkumari, qui dit n’avoir jamais autorisé la location de sa demeure, avait enclenché des procédures légales d’expulsion contre la personne. Entretemps, ajoute-t-elle, elle a quitté sa maison mais elle a gardé les clés. Pire : elle l’a sous-louée à quelqu’un d’autre qui en a fait un entrepôt.

« C’est lui qui est venu avec l’ancienne locataire et des gros bras pour me menacer en disant que ‘mo ena la polis dan mo la min e person pa pou kapav tous mwa, sign sa papie blan la e lerla mo pou rann ou batiman, sinon mo pou vine met sele dan lakaz la e mo avoy ou manze’. »  Rajkumari souhaite que les policiers agissent vite contre ces personnes qui lui font du chantage.

Du côté de la police, l’affaire est suivie de près. Les présumés suspects seront appelés à donner leur version des faits. Ensuite, les enquêteurs décideront de leur arrestation sous une charge de « threat  » ou  «  d’association de malfaiteurs  ».

Jouer Mega Millions