Faits Divers

Malmenés par un groupe d’individus : des policiers de Flacq battent en retraite 

240518_station_flacq.jpg Les agents du poste de police de Flacq ont eu fort à faire mardi après-midi.

Fin d’après-midi mouvementée, mardi, à Poste-de-Flacq pour la police. Au cours d’une intervention, un sergent et ses hommes ont été pris à partie par un groupe d’individus. Les policiers ont dû se servir de bombe lacrymogène pour se tirer d’affaire. Ils ont battu en retraite et ont dû appeler du renfort. Les suspects sont recherchés.

C’est à 17 h 45 que le poste de Flacq a reçu un appel téléphonique à propos d’un cas d’agression à avenue Le Coco, Poste-de-Flacq. Des policiers, dont un sergent, et des éléments de la Divisional Support Unit de l’Eastern Division se sont rendus immédiatement sur le lieu. Une foule s’était attroupée, y compris femmes et enfants.

Un habitant et ses proches ont indiqué aux policiers qu’ils ont été agressés par un jeune de 28 ans. La présumée victime qui se plaignait de douleurs a été transportée par les policiers à l’hôpital de Flacq pour les premiers soins. Après cette première intervention, les policiers ont reçu un nouvel appel. 

Il y avait de vives tensions au même endroit. Un autre jeune brandissait un sabre et menaçait de s’en servir. « Si mwa mo tape pa pou ena sape ! », dit-il aux proches du blessé. Le jeune homme suspecté de l’agression survenu un peu plus tôt s’était saisi de deux morceaux de brique. Il paraissait violent et menaçait de les lancer sur les policiers. «  Mo gete kisana kapav aret mwa », devait-il déclarer à l’adresse des membres des forces de l’ordre. 

Les policiers ont essayé de calmer la foule, mais rien n’y fit. Le sergent a expliqué aux récalcitrants qu’ils commettaient un délit et que celui qui portait un sabre était passible d’être inculpé de possession d’arme dangereuse, et le second de vagabondage. En entendant cela, celui qui exhibait le sabre a pris la fuite. Mais c’était loin d’être terminé pour les policiers. Un troisième individu est alors intervenu. Il s’est emparé du képi du policier et s’est enfui. Le sergent a essayé de le poursuivre, mais il a disparu, l’obscurité aidant. 

Entre-temps, l’homme de 28 ans tenait toujours ses deux briques et paraissait déterminé à s’en servir. Les policiers ont tenté de l’appréhender, mais ses proches se sont interposés. Ils ont lancé des pierres en direction des policiers, endommageant leur véhicule. D’autres personnes munies de barres de fer ont arraché le suspect des mains des policiers. 

Pour se défendre, le sergent s’est servi de sa bombe lacrymogène alors qu’un autre de son Tonfa. Le sergent a eu la chemise déchirée. Face à la situation, les policiers ont battu en retraite et sont partis chercher du renfort. À leur retour sur le lieu de l’affrontement, les suspects avaient disparu. Ils sont activement recherchés.