Nadeem Nazurally, chercheur et chargé de cours : «Il faut bannir le plastique complètement à Maurice»

Par Nuur-Uddin Jandanee O commentaire
Nadeem Nazurally

Nadeem Nazurally, de la faculté des études océaniques à l’université de Maurice, estime qu’il est temps de bannir le plastique à Maurice. Selon lui, les lois y relatives ne sont pas assez sévères. Dans l’entretien qui suit, le chercheur met l’accent sur l’éducation et la sensibilisation des Mauriciens à l’environnement.

Le Jour de la Terre est célébré ce dimanche. L’accent est mis sur la réduction de la pollution liée à l’usage du plastique. Pensez-vous que la société mauricienne peut vivre sans plastique ?
Maurice est une petite île de 1,2 million d’habitants qui accueille 1,4 million de touristes chaque année. Nous devons nous efforcer à devenir une plastic-free society. Pour ce faire, il faut remonter à la source, c’est-à-dire retracer tous les objets en plastique que nous importons ainsi que les matières premières pour la fabrication du plastique. Il faut également durcir les lois.

L’idéal serait de bannir le plastique complètement. C’est loin d’être acquis, mais je reste optimiste qu’on peut devenir une société sans plastique. Le ministère de l’Environnement œuvre déjà dans ce sens, avec des campagnes de nettoyage. Cenpendant, tout est une question de mentalité.

Retrouvez l'intégralité de cette interview dans l'édition de l'Hebdo-Le Dimanche de ce dimanche 22 avril.