Live News

Navin Ramgoolam à Fond-du-Sac : « trésor pou zot, désert pu ou »

C’est un Navin Ramgoolam revigoré qui a animé un congrès du Parti travailliste ce vendredi 11 mai à Fond-du-Sac. L’ancien Premier ministre qui a dirigé le pays entre 2005 et 2014 joue une nouvelle fois la carte populiste pour s’attirer la sympathie de son auditoire. Il invite les Mauriciens à analyser ce qui a été accompli par le gouvernement de l’Alliance Lepep en trois ans et demi. « Morisyen so lavi pe vine ene cosmar », lance le leader des rouges. 

Il rappelle également à leurs bons souvenirs les allocations offertes lors des grosses pluies et les mesures prises « guet figir » depuis le début de l’année. « Gro planter pe converti so la terre p fer IRS. Bane la pas paye auken tax. Ou bizin paye Land Conversation Tax, Income Tax. Ou pe paye tax. Bane riche pe vine super riche. Classe moyenne pe aprauvri. Trésor pu zot, désert pu ou », lance-t-il. L’ancien chef de gouvernement déplore les mesures prises pour favoriser les exportateurs, mais qui réduisent le pouvoir d’achat des Mauriciens. 

Navin Ramgoolam a profité de cette plateforme pour égratigner son ancien homme de confiance, Rakesh Gooljaury, lequel avait été partenaire avec Nandanee Soornack au sein d’Airway Coffee. « Gooljaury refer compagnie, MRA pas intéressé. Kan mo pou la, pa pu éna tousala », affirme-t-il. « Pu ena investigation serré, kan ou bankrupt, ou pa pu kapav reouvert compagnie. La pe rode mo bane dibien. Manraj deriere sa », poursuit-il. 

Il est aussi revenu sur la promesse de l’Alliance Lepep de fournir de l’eau sur une base 24/7 tout en faisant ressortir que les projets de Bagatelle Dam et de Midlands Dam ont été réalisés sous ses gouvernements. Il critique également la majorité pour sa gestion de la sécurité routière en rappelant que c’est lui qui est venu avec les caméras de contrôle de vitesse. Il promet de réduire le nombre de morts dans les accidents de la route s’il revient au pouvoir. 

Autres thèmes évoqués : l’ordre et paix, le prix du carburant, le projet Heritage City, la hausse des tarifs d’électricité, l’affaire Lutchigadoo, l’affaire Sobrinho et l’affaire du tika interdit à l’hôtel The Residence. Sur ce dernier dossier, il déclare que s’il avait été à la tête du pays, il aurait fermé cet établissement avec effet immédiat.