Live News

Négligence médicale alléguée : Kaira, deux ans, se retrouve handicapée et aveugle après une opération

Alors que l’opération de Kaira devait améliorer ses conditions de vie, la petite se retrouve dans un état végétatif. Selon un médecin du privé, un manque d’oxygène serait à l’origine de ce drame. Les parents ont porté plainte contre le ministère de la Santé.

La joie qui animait leur maison a disparu… Marie Jeanine Mestry, habitante de Résidence Briquetterie, Ste-Croix, confie : « On nous a dit que la naissance de mon arrière-petite-fille, Kaira, s’était bien passée mais nous n’avons pu la voir tout de suite car le même jour, elle a été transférée à l’hôpital du Nord dans un incubateur. Puis, elle a été opérée et, deux jours plus tard, les médecins nous ont informé que le bébé avait deux trous au cœur. »

Les médecins rassurent la famille : il faudra une « autre petite opération » pour l’enfant plus tard. « Nous n’avons pas été inquiétés par leurs propos et entre-temps, le bébé a grandi. Kaira allait bien et elle faisait le bonheur de la famille avec son gazouillis et ses rires…," ajoute Marie Jeanine Mestry. "Un an plus tard, en septembre 2018, nous avons reçu un appel de l’hôpital du Nord pour nous informer que Kaira devait être admise le lendemain, soit le lundi 3 septembre, pour être opérée par un médecin italien. Nous étions contents puisque nous pensions qu’elle ne serait plus inquiétée par un éventuel problème cardiaque. Nous l’avons emmenée à l‘hôpital, le cœur rempli d’espoir. »

Quinze jours dans le coma

kaira
Les moments de complicité partagés il y a un an entre Hasinah et Kaira.

L’intervention chirurgicale au cœur a eu lieu le mardi 4 septembre 2018 mais elle reste 15 jours dans le coma. Elle s’en sort mais elle n’est plus la même. Son arrière-grand-mère explique : « Ce n’était plus la Kaira que nous connaissions, elle ne bougeait pas, elle ne comprenait rien. Lorsque nous avons demandé des explications, les médecins ont répondu que c’était en raison d’une dose élevée de chloroforme et que tout rentrerait dans l’ordre dans quelques mois. Sauf qu’à deux ans aujourd’hui, Kaira n’a plus rien à voir avec ce bébé que ma petite-fille a mise au monde. Avant son opération, elle se développait normalement, elle reconnaissait les membres de sa famille et elle circulait dans son baby-walker comme tout enfant de son âge. »

Kaira a deux ans aujourd’hui et elle ne sera jamais comme avant.

D’autres séquelles sont constatées. « Nous ne pouvons confirmer si elle est aveugle ou malvoyante, car le médecin traitant à l’hôpital Jeetoo ne nous a pas conseillé de traitement à l’hôpital de Moka pour confirmer l’état des yeux de l’enfant », indique Marie Jeanine Mestry. « Kaira ne réagit plus à rien contrairement avant son opération. Elle souffre aussi de crises d'épilepsie. »

Jamais plus comme avant !

Les proches de Kaira veulent en savoir plus. Ils consultent un pédiatre. En se référant à un document en leur possession, il fait comprendre que l’enfant n’aurait pas reçu la quantité d’oxygène adéquate lors de son opération. Marie Jeanine Mestry crie presque : « Nous ne savions pas cela, nous ne comprenons pas l’anglais. Pourquoi personne ne nous a averti de cela ? Nous voulons comprendre ce qui s’est réellement passé. Kaira a deux ans aujourd’hui et elle ne sera jamais comme avant. C’est un cas de négligence. L’avenir de mon arrière-petit-enfant et de sa mère, qui n’a que 21 ans, est brisé. Elle a dû quitter son emploi pour être en permanence au chevet de sa fille qui, de plus, a été abandonnée par son père. Elle est complètement déprimée depuis tout ce qui s’est passé. Il faut que justice soit faite ! »

Selon elle, il se peut qu’il y ait des traitements ailleurs mais ils ne savent pas vers qui se tourner. « Nous serions reconnaissantes d’obtenir l’avis de personnes qui peuvent nous aider dans d’éventuelles démarches. »

Le manque d’expertise cardiaque décrié

Intervenant sur le sujet, l’attaché de presse au ministère de la Santé, Jameer Yeadally, a répondu : « Nous ne sommes pas en mesure de vous expliquer précisément à ce propos. Aussitôt que j’ai été informé du cas de la petite Kaira, je me suis tourné vers l’hôpital pour obtenir un rapport médical. Une fois ce rapport obtenu, nous pourrons connaître les pathologies dont souffre l’enfant. À notre niveau, nous garderons contact avec Marie Jeanine, nous allons la rencontrer personnellement avec tous les membres de la famille concernée, au bureau, en présence des médecins. De là, nous pourrons déterminer la source du problème et décider de la marche à suivre. Il faut savoir que certains cas sont très compliqués et que nous n’avons pas l’expertise, surtout pour les problèmes cardiaques. Ce sont des médecins étrangers qui viennent à Maurice, trois à quatre fois par an, pour pratiquer ces interventions. »

Ndlr : Les photos sont publiées avec l'accord de la mère

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !