Faits Divers

À Nouvelle-France : Deochan Chikhooree (75 ans) tue sa femme et se suicide

Deochan Chikhooree Des badauds massés devant la maison du couple Chikhooree. En médaillon, le couple avait cinq enfants.

Qu’est-ce qui a pu le pousser à commettre l’irréparable ? Les époux Chikhooree emporteront leur secret avec eux. Deochan (75 ans) est souspçonné d’avoir tué sa femme Lutchmowtee (64 ans), avant de se suicider. C’est leur petit-fils de 15 ans qui a fait cette découverte lundi après-midi. Ce couple de laboureurs était réputé « tranquille ».

Ce drame a secoué le village de Nouvelle-France. Le couple Chikhooree, de Chemin Grand-Port, a été retrouvé mort à son domicile, lundi après-midi. C’est leur petit-fils de 15 ans qui en a informé ses proches.

Kiran Chikhooree, 37 ans, un enseignant, est ainsi allé voir ce qui se passait. Son père Deochan, 75 ans, s’était donné la mort par pendaison dans la salle de bains. Il avait utilisé un horni. Le fils a alors coupé le tissu et a transporté le corps dans une chambre. Toujours sous le choc de cette horrible découverte, le jeune homme apercevra sa mère Lutchmowtee, 64 ans, gisant dans une mare de sang, une entaille au cou. Un sabre a été retrouvé non loin du cadavre. La victime avait soufflé ses 64 bougies, le 15 mai.

La police a été alertée. Les éléments du Scene of Crime Office (SOCO) ont fait des examens préliminaires avant l’arrivée médecin légiste en chef, le Dr Sudesh Kumar Gungadin. Lutchmowtee Chikhooree a été agressée à l’arme blanche au cou.

À ce stade, la brigade criminelle de Grand-Bois écarte la thèse du vol qui aurait mal tourné. Ils privilégient le meurtre. Selon les indications de la police, le mari aurait tué sa femme avant de se suicider.

Les deux corps ont été transportés à la morgue de l’hôpital de Candos pour autopsie. Lundi soir, les Dr Sudesh Kumar Gungadin et Prem Chamane, qui ont pratiqué les autopsies, ont attribué le décès de Deochan à une asphyxie due à la pendaison. Selon le rapport post-mortem, le contenu gastrique a révélé la présence d’une substance nocive. Quant à sa femme Lutchmowtee, elle a reçu une douzaine de coups de sabre au niveau du cou.

Kiran Chikhooree a donné sa version des faits à la police, avant d’être autorisé à rentrer chez lui.

Le couple laisse derrière lui cinq enfants. Sa belle-fille, qui habite une maison à côté, est effondrée. « Nous n’avons rien entendu. Nous n’aurions jamais pensé que notre famille allait vivre une telle chose. Mon neveu a fait cette découverte et il en a informé son oncle. Il est sous le choc, on ne lui a rien demandé afin de ne pas le traumatiser », explique la belle-fille.

En bons termes

Elle soutient que ses beaux- parents étaient toujours en bons termes. « Je ne les ai jamais vus se quereller depuis mon mariage. Il y avait bien des petites disputes, comme dans tout couple. Ils aimaient rire. Tous les voisins pourront en témoigner. Ils étaient très calmes de nature. Nul ne saura jamais ce qui s’est passé. Ils ont emporté leur secret avec eux ».

Elle souligne que ses beaux-parents étaient les piliers de la famille : « Je n’étais pas considérée comme une belle-fille. Ils me considéraient comme leur propre fille. Ma belle-mère était de bon conseil. Elle était heureuse de voir toute la famille réunie. »

Une voisine relate que le couple était très humble et respectueux. « Ils ont été mes locataires pendant de nombreuses années. Jamais je n’ai entendu de querelle ni de discussion entre eux. Parfois, la dame m’invitait à partager un ‘curry’. J’ai été choquée en apprenant cette terrible nouvelle. Ils étaient comme mes parents et me donnaient toujours de bons conseils », explique la dame, la quarantaine. « Ils ont travaillé dur pour élever leurs enfants. Ils les ont encouragés à progresser, à réussir dans la vie. Ils ont accompli leur devoir », dit la dame.

Un voisin témoigne : « Je suis un ami de Deochan. On a grandi ensemble. C’était un homme tranquille. On se voyait souvent. La dernière fois que je l’ai aperçu, il était très jovial. Il me l’aurait dit s’il avait un problème. C’est triste de perdre mon camarade d’enfance ».

Les funérailles du couple auront lieu ce mardi à Nouvelle-France. L’enquête est supervisée par l’assistant-commissaire de police Ramsurrun.