People

Ornella Alkay : l’avenir lui appartient

Ornella Alkay Ornella Alkay a remporté les trois manches de la ligue de cross 2018 chez les poussines.

Si chez les seniors, Christophe Mootoosamy et Sabrina Rabot dominent la ligue de cross, chez les poussines, c’est Ornella Alkay qui dicte la loi. Âgée de seulement 9 ans, cette pensionnaire du club de Souillac n’a cessé de faire parler d’elle.

Dans la catégorie des moins de 12 ans, Ornella Alkay a remporté les trois manches de la ligue de cross déjà disputées. Lors de la première manche disputée à Belle Mare, la jeune athlète avait terminé les 1,3 km, en

4 minutes et 58 secondes. Dans la deuxième manche, à Trianon, la pensionnaire du club de Souillac a dicté sa loi sur les 1,5 km. Le vendredi 16 février, à Moka, Ornella Alkay a survolé les 1,4 km de la troisième manche en 5 minutes et 53 secondes. Lors de la dernière manche, qui se tiendra, le samedi 24 février prochain au Sodnac Wellness Park, elle devrait être couronnée championne nationale de sa catégorie.

Son amour pour le sport lui a été transmis par son père. En effet, ce dernier, Julio Alkay est un ex-athlète et il a toujours encouragé sa fille à poursuivre une carrière dans le sport. « J’ai également participé à la ligue de cross, j’ai fait des épreuves sur la piste et j’ai également participé aux Jeux de la CJSOI, entre autres. Le sport a une place importante dans la famille et j’ai transmis cette passion pour le sport à mes enfants Ornella et Noah », explique Julio Alkay. En effet, Noah, 16 ans, est également athlète et s’entraîne sous la houlette de Mike Félicité.

Quant à Ornella, c’est son père lui-même qui l’entraîne. « Ayant été moi-même athlète, j’entraîne ma fille. L’année dernière, elle a terminé troisième et a également égalé le record de sa catégorie au 500 m, aux Championnats de Maurice de cross. Elle s’entraîne tous les jours sur la plage de Riambel, ainsi que sur le terrain de football de la localité. Nous faisons du jogging et entre 15 et 20 minutes de séries », explique Julio Alkay.

Ce père voit un bel avenir pour sa fille. « J’ai vu qu’elle a du potentiel sur les courses de longues distances. C’est pour cela que je l’ai toujours incité à se lancer dans le sport. Mon rêve est qu’un jour, elle puisse représenter Maurice dans des compétitions internationales. Elle en a le potentiel », explique Julio Alkay.

Ornella doit allier études et sport, ce qui n’est pas une mince affaire, concède son père. « Elle est en 6e. Ce n’est pas facile d’allier études et sport. En plus l’école et ses leçons particulières, elle doit s’entraîner le soir, avant de faire ses devoirs. Pour le moment, elle arrive à s'y faire. Cependant, elle aime le sport et fait beaucoup de sacrifices pour réussir. Elle progresse à vue d’oeil », explique Julio Alkay.