Live News

Policiers consommateurs de drogue : le Commissaire prévoit des sanctions criminelles

Les Casernes centrales seront sans pitié envers ceux qui seront trouvés positifs à des produits illicites.

Le quartier général de la police est dans l’attente des résultats des analyses sanguines des 467 nouvelles recrues qui ont prêté serment le jeudi 1er août. Dans une déclaration au Défi Quotidien, le CP Mario Nobin affirme que les policiers coupables de consommation de drogue seront sanctionnés. L’inspecteur Shiva Coothen, de la cellule de presse de la police, précise toutefois que les nouvelles recrues ont été averties qu’elles pourraient être expulsées de la force policière si elles sont testées positives à la consommation de drogue.

Les nouvelles recrues de la force policière accros aux substances illicites sont appelées à être sur leurs gardes. Elles seront sévèrement sanctionnées s’il arrive que des traces de drogue soient décelées dans leurs organismes à la suite des analyses sanguines menées par le Forensic Science Laboratory (FSL) de la police depuis environ un mois. De hauts gradés aux Casernes centrales avancent, sous le couvert de l’anonymat, que les résultats des analyses sont attendus par l’état-major de la force policière. Les nouvelles recrues testées positives à la consommation de substances illicites pourraient « soit être mises à la porte de la force policière, soit être référées à la brigade anti-drogue (Adsu) à des fins d’enquête ou les deux ! »

C’est ce qu’a confirmé le Commissaire de police, Mario Nobin, au Défi Quotidien. « La force policière est l’une des rares institutions qui ne tolère pas les écarts de conduite de ses membres. Nous n’avons pas l’habitude de mettre de la poussière sous la carpette », fait ressortir Mario Nobin. Le Commissaire de police souligne ensuite qu’il faut attendre une confirmation des résultats des analyses sanguines pour prendre les décisions et autres « conclusions appropriées ». « Si des substances illicites sont décelées dans leurs organismes, les nouvelles recrues ne seront plus autorisées à occuper le poste de policier. D’autres sanctions administratives et criminelles suivront. C’est, d’ailleurs, mentionné dans leurs contrats », a-t-il déclaré.

Recommandation de la DFSC

Pour rappel, les 467 nouvelles recrues qui ont été sélectionnées pour faire partie de la force policière ont été soumises à des analyses sanguines quelques jours après avoir pris leurs postes. Comme annoncé dans Le Défi Quotidien en date du 19 janvier, ces policiers allaient être soumis à des examens sanguins visant à détecter toute présence de drogue dans leurs organismes. Une clause de leurs contrats stipule également qu’ils doivent impérativement se soumettre à ces analyses. C’est, selon des renseignements, la Disciplined Forces Services Commission (DFSC) qui a introduit ces mesures. Cela après les divers scandales qui ont éclaboussé la force policière dans le courant de l’année dernière, liés à des délits de drogue.

L’inspecteur Shiva Coothen, le responsable de presse de la police, précise quant à lui qu’un policier doit avoir une attitude qui démontre du respect. « Les policiers ont été informés, à travers leurs contrats, qu’ils seront confrontés à des analyses sanguines surprises visant à déceler la présence de substances illicites dans leurs organismes. Ils ont aussi eu vent que toute présence de drogue dans leur sang peut amener à leur expulsion de la force policière », dit-il. L’inspecteur Shiva Coothen indique toutefois que le rapport des analyses est attendu.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !