Economie

Produits interdits : attention aux promotions attrape-nigauds

La CAP fait appel à la vigilance et demande aux consommateurs de bien vérifier le pays d’origine de produits à base de viande transformée.

Dans le sillage de l’annonce du ministère de la Santé relative au retrait des produits de transformation de la viande, la Consumer Advocacy Platform (CAP)  appelle  les consommateurs à plus de vigilance.

L’organisation de consommateurs estime qu’il n’est pas impossible, dans une tentative de liquider les stocks disponibles, que des commerçants aient recours à des ventes promotionnelles ou des offres à des prix alléchants. La CAP rejoint en cela l’Association des consommateurs de l’Île Maurice (ACIM), qui s’est attardée particulièrement sur les viandes transformées « surtout de la marque Tiger ».

La décision du ministère de la Santé fait suite à la proportion que prend, en Afrique du Sud, une épidémie de listériose  dont l’origine remonte à une entreprise de transformation de viande. Depuis, des pays avoisinants qui s’approvisionnaient en Afrique du Sud, notamment la Namibie, le Mozambique et le Zimbabwe, ont décidé de retirer ces produits du marché.

Dans un communiqué émis vendredi dernier, le ministère de la Santé et de la Qualité de la vie, attire l’attention du public sur la présence d’une épidémie de listériose en Afrique du Sud. Cette épidémie, est-il précisé,  est provoquée par des produits prêts à manger à base de viandes, tels que les saucisses et le jambon. Le ministère a souligné que l’importation de ces produits d’Afrique du Sud a été interdite jusqu'à nouvel ordre.  Les produits alimentaires concernés qui sont actuellement en vente sur le marché local ont été rappelés.

Pour les organisations de consommateurs, eu égard au nombre important de points de vente, il n’est pas impossible que certains produits soient offerts à des prix alléchants, en vue de liquider le stock disponible. C’est dans le but de prévenir de telles pratiques malhonnêtes que la CAP appel à la vigilance et demande aux consommateurs de bien vérifier le pays d’origine de produits à base de viande transformée.

Dans le même ordre d’idée, la CAP demande au ministère de la Santé de préciser s’il est possible que des saucisses, produites au Brésil, mais qui transiteraient par l’Afrique du Sud, soient concernées par la mesure d’interdiction. Selon des sources sûres, certaines sociétés productrices de saucisses auraient des unités de production en Afrique du Sud.

De plus, la CAP demande aux consommateurs de porter plus d’attention à la liste d’ingrédients des produits. La mention  ‘mechanically deboned,mechanically recoveredoumechanically separated' devait mettre la puce à l’oreille.


Mechanically Deboned Meat (MDM) : ne rien perdre de la viande

Des additifs peuvent y être ajoutés pour modifier la couleur, la texture ou le goût des produits pour satisfaire les clients.

Avec les avancées technologiques, où les déchets sont réduits au maximum, l’industrie alimentaire procède à l’enlèvement minutieux de chaque once de viande. C’est ce qu’elle appelle ‘mechanically separated’, ou ‘mechanically deboned’. Il s’agit de récupérer le plus de viande possible des os.

Le produit ainsi récupéré est soumis à haute température et au tamisage. La colle ainsi obtenue est référée comme le ‘pinkslime’, à cause de sa couleur spécifique, est ensuite utilisée pour  renforcer des produits de masse, tels que les burgers, les saucisses, les nuggets et autres ‘polony’. Afin de satisfaire les préférences des clients, des additifs peuvent y être ajoutés pour modifier la couleur, la texture ou le goût des produits.

Le but de l’utilisation massive du MDM  dans l’industrie alimentaire est de réduire les coûts, en utilisant des produits auparavant destinés à la poubelle. Il faut relever que les plus grands producteurs de produits de viande transformée  se trouvent  au Danemark, en Chine, aux USA, en Grande Bretagne, en Australie et au Brésil.