Faits Divers

Substances illicites dissimulées dans le corps humain : des scanneurs de drogues bientôt installés dans les prisons

prison

L’administration carcérale s’apprête à introduire des scanneurs permettant de repérer la présence de drogues dans le corps humain. Le projet ferait suite à l’arrestation d’un gardien avec 13 grammes de drogue synthétique, destiné au présumé trafiquant Shahebzada Azaree, samedi dernier. Le montant d’un tel appareil coûterait  quelque  Rs 6 millions.

Le département pénitencier veut à tout prix freiner le trafic de drogue à l’intérieur des prisons. Des appareils hautement performants visant à détecter la présence de drogues dans le corps humain y seront bientôt installés. Un appel d’offres sera lancé incessamment à l’intention d’éventuels fournisseurs. 

« Les ‘Boss chairs’ sont capables de détecter la présence de drogues dissimulées dans la gorge, l’estomac et autres parties intimes des passeurs. Ces scanneurs de drogue sont dotés d’un système hautement performant pouvant repérer des produits illicites dissimulés dans le corps humain », précise un interlocuteur. Ce dernier ajoute que les scanneurs seront dans un premier temps opérationnels à la prison de Melrose et à celle de  Beau-Bassin. Ils seront par la suite installés à la prison de GRNO, de Petit-Verger, de Phoenix, de Richelieu et à celle des femmes.

Les résultats escomptés

À ce jour, tout individu, y compris le commissaire des prisons, est sommé de se soumettre à une fouille (‘rub-down-search’) avant d’avoir accès aux centres pénitenciers. En cas de  forts soupçons, la personne est soumise à un ‘strip search’. L’Assistant Surintendant des Prisons de service doit assister à l’exercice.

« La majorité des ‘strip searches’ produisent des résultats car nous travaillons à partir de soupçons mais aussi ‘at random’ », précise un officier de la Prison Security Squad. L’introduction de ‘body scanners’ a toutefois été évoquée dans le rapport de la commission d’enquête sur la drogue présidée par l’ancien juge Paul Lam Shang Leen et rendu public le 27 juillet 2018.

Rs 6 millions par appareil

Dans une déclaration au Défi Quotidien, le commissaire des prisons, Vinod Apapdoo, a confirmé l’introduction prochaine des scanneurs de drogue. Ce dernier, qui intervenait à la suite de l’arrestation d’un gardien de prison avec 13 grammes de drogue synthétique dissimulée dans ses parties intimes, a aussi confirmé qu’un comité travaille sur le dossier et qu’un tel appareil coûterait environ Rs 6 millions.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • KFC