Faits Divers

Tentative de meurtre : l’époux obtient la liberté conditionnelle 

lI avait tenté de tuer sa femme en lui roulant dessus avec son 4×4.

Accusé de tentative de meurtre sur sa femme, un habitant d’un faubourg de la capitale, a obtenu la liberté conditionnelle à la suite d’une motion formulée devant la Bail & Remand Court (BRC). Il ne devra, en aucun cas, s’approcher de son épouse. 

L’époux est accusé d’avoir tenté de tuer son épouse, une Malgache âgée d’une trentaine d’années, le 13 mai 2018. Il a, par le biais de son avocat, formulé une motion pour obtenir la liberté conditionnelle. La police, représentée par l’inspecteur Pavaday du poste de Coromandel, avait résisté à cette demande et avancé deux points d’objection. Notamment qu’il risque de récidiver et d’interférer avec les témoins. 

La magistrate Ranjeeta Rajkumarsingh a accédé à la demande de la défense et a accordé la liberté conditionnelle au prévenu. Il devra s'acquitter d’une caution de Rs 20 000 et signer un engagement de dette de Rs 200 000. Il devra aussi se présenter au poste de police le plus proche de son domicile une fois par semaine. La cour a également interdit à l’époux de s’approcher de sa femme ou de la contacter. 

Selon la police, le prévenu s’était rendu au centre de SOS Village, le 13 mai 2018. Son épouse avait cherché refuge suite à l’obtention d’un Protection Order contre son époux. Celui-ci était allé récupérer sa femme et ses enfants. 

«Violation de Protection order»

L’épouse est alors sortie pour lui dire qu’elle ne rentrera pas au domicile conjugal. Une altercation éclate entre les époux sur les lieux et le prévenu fonce à grande vitesse sur son épouse avec son 4x4. Cette dernière et une employée du centre sont blessées et doivent être transportées à l’hôpital. L’épouse est admise. Elle suit toujours un traitement, car elle souffre d’un problème aux reins à la suite de cet incident. 

Soutenant le premier point d’objection selon lequel le prévenu risque d’interférer avec les témoins, l'inspecteur Pavaday explique que l’épouse est une Malgache et qu’elle n’a pas de proches à Maurice. Aussi, elle se retrouve dans une position vulnérable, vu qu’elle ne pourra demeurer en permanence au centre. 

Sur le deuxième point d'objection, l’inspecteur a soutenu que le prévenu a déjà un antécédent de violence. De fait, la police estime qu’il récidivera s’il est relâché, d’autant plus qu’il n’a pas respecté le Protection Order émis à son égard. L’époux a soutenu qu’il est marié et que ses deux enfants sont avec leur mère au refuge. Il a soutenu qu’il ignorait l’existence du Protection Order, car il n’a reçu aucun document qui y fait état. 

Appelé à témoigner à l’issue des débats sur sa motion de remise en liberté conditionnelle, l’époux s’est engagé à respecter toutes les conditions que la cour lui imposera. Il a promis de ne commettre aucun délit et de ne pas interférer avec les témoins.