Faits Divers

Victime de violence domestique : Marie Joyce noyée dans un tonneau par son conjoint

Marie Joyce Zamac était battue à chaque partie de beuverie par Rodney Rambhujun en médaillon

Le nom de Marie Joyce ZamaK, 32 ans, vient s’ajouter à la liste des victimes des drames conjugaux. Rodney Rambhujun, son concubin âgé de 36 ans, l’a rouée de coups, lors d’une partie de beuverie, avant de lui plonger la tête dans un tonneau d’eau jeudi soir à cité Pitot, Curepipe. Résultat : Elle s’est noyée. 

Jean François Zamak, l’ex-époux de la victime, est sous le choc. « Marie Joyce l’a à maintes fois quitté, mais il la menaçait de la tuer », lâche ce dernier. Cela fait cinq ans que le couple s’est séparé. Jean François habite à Résidence Anoushka avec ses trois enfants alors que Marie Joyce s’est installée à cité Pitot, à Curepipe. « Elle a connu Rudy (Rodney Rambhujun) alors que nous étions encore ensemble et elle m’a quitté », se souvient-il.
Mais la vie de Marie Joyce a beaucoup changé quand elle s’est mise avec son nouveau compagnon. La demeure où ils vivaient est insalubre. « Ce n’était pas un lieu pour elle. Ici, elle n’a jamais manqué de rien », poursuit Jean François. En effet, ils ne sont pas les seuls à occuper la maison de Curepipe. Au moins sept personnes y résident dans différentes pièces.

« Ils font souvent des parties de beuverie »,  poursuit l’ex-époux. Des parties qui, dans la majorité des cas, dégénèrent. Marie Joyce devient alors le souffre-douleur de son compagnon. « À chaque fois qu’elle était tabassée, elle m’appelait. Je ne sais combien de fois je me suis précipité, même durant la nuit, pour aller la chercher et la conduire chez sa sœur », ajoute-t-il. Situation à laquelle Jean François et ses proches se sont lassés. « Un jour, j’ai débarqué chez Rudy pour lui dire ce que je pensais et les choses se sont mal passées. Lorsque Marie Joyce le quittait, il venait la récupérer après lui avoir proféré des menaces de mort. Et elle repartait avec lui », se désole-t-il. Les coups de son compagnon ont fini par avoir  eu raison d’elle.

La maison où le drame s'est produit jeudi soir.
La maison où le drame s'est produit jeudi soir.

Jeudi, lors d’une énième partie de beuverie dans la maison, une dispute éclate entre Marie Joyce et Rodney alors qu’ils sont dans la cuisine. À la police, le suspect a soutenu que sa concubine lui prenait la tête avec des reproches entourant la nourriture et la boisson. Le ton est vite monté entre les deux. « Je me suis énervé. Monn donn li enn cou ek monn prend li monn traine li kot touk, monn met so la tete », devait-il expliquer aux enquêteurs.  Après un court instant, il dit avoir retiré la tête de sa compagne du tonneau. Celle-ci était inerte. « Je l’ai posée sur le lit ».  Il s’est aperçu peu après que Marie Joyce ne bougeait plus. Ceux présents sont arrivés et ont alerté les secours. La police de Curepipe est venue sur place. Comme l’ambulance tardait, ils ont pris la victime et l’ont conduite à l’hôpital de Candos où son décès a été constaté. Le compagnon a été placé en état d’arrestation. 

Ceux qui étaient dans la maison ont été interpellés. Ils ont expliqué avoir entendu le couple se disputer. «  Souvant zot la guerr kan bwar. Zedi zot inn relaguerre, nous pann rentre ladans parski nou konner zot abitier sa. Apres zot korek », explique un des résidents. Mais cette fois-ci, les paroles ont laissé place à un acte irréparable. L’autopsie pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, a attribué la mort de la victime à une asphyxie due à la noyade. 

Rodney Rambhujun a comparu en cour de Curepipe sous une charge provisoire de meurtre. Puis il a participé à une reconstitution des faits et a indiqué aux limiers de la CID de Curepipe où il a commis son geste. Il a été reconduit en cellule policière. « Si seulement elle nous avait écoutés, voilà le résultat », se désolent les proches de la victime. 


Rodney Rambhujun a avoué avoir plongé la tête de sa compagne dans une barrique d'eau.
Rodney Rambhujun a avoué avoir plongé la tête de sa compagne dans une barrique d'eau.

Le suspect déjà arrêté pour meurtre en 2005

Rodney Rambhujun n’est pas inconnu des services de police. En 2005, il avait été arrêté pour le meurtre de Maduressen Sellamuthu, alors âgé de 24 ans. Avec un groupe d’individus, ils s’étaient acharnés sur le jeune homme pour lui faire les poches. Ils lui avaient fracassé la tête avec une brique. Parmi les suspects, Rodney Rambhujun. Il avait plaidé coupable et a écopé d’une peine d’emprisonnement de trois ans.

«Li chokan, li boulversant ek inacceptab»

Fazila Jeewa-Daureeawoo, la vice-Première ministre et ministre de l’Égalité des genres, se dit attristée par les cas de violences conjugales recensés à travers le pays ces dernières semaines. Au cours de ces douze derniers jours, trois femmes ont péri des mains de leur conjoint. « Li tres triste ce kinn arrive sa bann madam la.  Li chokant, li boulversant ek inacceptab », lâche la ministre. Elle insiste sur le fait que les victimes ne doivent pas avoir peur de dénoncer leur agresseur dans ce genre de situation. « Bann madam-la pa ti kontakte minister pou dir ki zot pe subir bann violans. Zot bizin vinn de lavan denonse. Fode pa ki zot subir an silans ». Elle a fait ressortir que la loi est plus sévère pour ceux qui agressent leur épouse ou conjointe.  « Bann lamann in sorti Rs 25 000 inn vinn Rs 50 000. Rs 50 000 inn vinn Rs 100 000. Ek 2 an de prizon pour enn dezieme offense », précise-t-elle. Un suivi psychologique est également fait auprès des enfants de même que les proches des victimes.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !