Entre victoire et défaite au no.18

Par Guest . O commentaire

Fini les brianis, macaronis, congrès, et porte à porte. La campagne dans la circonscription no.18 a pris fin par les congrès des partis politiques ce vendredi 15 décembre. Les leaders et les candidats respectifs étaient à pied d’œuvre depuis quelques temps, tout comme leurs agents, en sillonnant la circonscription afin de convaincre un électorat qui semble jouer aux abonnés absents pour cette élection partielle.

On ne peut se fier à la foule présente à chaque congrès, le nombre de ‘sympathisants’ n’est pas indicatif de la force d’un parti politique… Les leaders ont bien eu vent de cela en 2014. Assister aux congrès politiques revêt un aspect folklorique depuis plusieurs années, tant chez les fidèles que la population.

Lors des dernières législatives, en décembre 2014, la circonscription no.18 avait enregistré un taux de participation de 62%, ce qui démontre un fort taux d’abstention par rapport à la moyenne nationale. La crainte est là ! Les candidats n’ont pas caché leur crainte face à ce phénomène qui pourrait s’avérer fatal pour certains partis.

Le compte à rebours a commencé et chaque parti veut se donner l’image d’être plus fort que son adversaire. Quarante candidats se livrent bataille lors de cette partielle. Cependant, au final, il y aura un seul gagnant.

Celui ou celle choisi/e sera le/la porte-parole des citadins qui verront leur ville « enba lao » au cours des prochains mois avec la mise en chantier du projet Metro Express. La chanson « Mo pa pou kile » de l’artiste local Mr. Love aura été d’une grande aide aux candidats alors qu’ils arpentaient les rues de Quatre-Bornes et Belle-Rose.

L’argent et les ressources engloutis durant la campagne étaient énormes sans compter les logistiques pour les congrès. L’on aurait pu se croire en pleine élection générale ! Mais il ne faut pas oublier que toute cette logistique n’aura coûté en fin de compte que moins de Rs 250.000 ! On essaye de réinventer la roue ou quoi ?

Le lundi 18 décembre, les membres du personnel en charge du décompte des voix feront figure de père Noël pour les candidats. Entre moments de joie ou de déception, les candidats devront faire face à la dure réalité d’une élection. La victoire de quelconque parti démontra la maturité et l’intelligence des électeurs mais on ne peut ignorer l’impact irréversible des indécis. Ce sont eux qui auront le mot de la fin.

Entre victoire et défaite, certains candidats devront se contenter du disque du groupe local ‘The Prophecy’, « Nou pou sirmonte », jusqu’aux prochaines élections générales ! Une chose est certaine, une victoire démontrera un potentiel retour en grâce du parti victorieux sur l’échiquier politique et ainsi le positionner comme alternative crédible tout en améliorant ses chances lors des prochaines législatives.

Par contre, toute défaite impliquera que les Mauriciens ne sont pas dupes et peuvent faire la différence entre les partis et qu’une meilleure planification et renouvellement des instances est nécessaire ou même, que les leaders devront céder leur place afin de ne pas compromettre l’avenir de leur parti.

Pendant ce temps, on ne peut que souhaiter bonne chance aux candidats et attendre avec impatience l’annonce des résultats.

Umrit Lokeshwar