Politique : le BP du MMM vote une motion de blâme contre Steve Obeegadoo

Par Patrick Hilbert O commentaire
Steven Obeegadoo

C’est un véritable lynchage auquel a eu droit Steve Obeegadoo lors du bureau politique (BP) du Mouvement militant mauricien (MMM) lundi soir. À la demande de Paul Bérenger, cette instance a voté en faveur d’une motion de blâme contre l’ancien ministre de l’Éducation. Celle-ci sera présentée au vote devant le comité central le 10 février, avant de passer à l’assemblée des délégués.

Steve Obeegadoo risque une suspension ou l’expulsion pure et simple du MMM. Ses propos tenus lors d’une interview accordée à l’hebdomadaire Week-end sont à l’origine de cette mesure disciplinaire.

« Tu ne deviendras jamais leader du MMM ! » ; « C’est un crime de lèse-majesté que t’as commis contre Paul Bérenger ! » ; « Dégoutant ! » ; « Si t’es pas d’accord, quitte le MMM! »… Ce sont les quelques phrases prononcées par des membres du BP contre Steve Obeegadoo durant la réunion. Il a aussi été question de « coup de poignard dans le dos ».

« Échanges très durs »

Dès le début de la réunion, la couleur était annoncée avec un Paul Bérenger proposant l’inscription du nouvel item « interview Steve Obeegadoo » à l’agenda. Pour le leader mauve, il n’aurait pas fallu dire qu’il y avait un courant réformiste et un autre conservateur au sein du MMM. Paul Bérenger – que nous avons tenté de contacter en vain – estime que l’interview dans son ensemble nuit au parti.

Une dizaine de personnes, dont Ajay Gunness, qui a secondé la motion, Reza Uteem, Madan Dulloo, Franco Quirin, Avi Thancanamootoo et Satish Boolell, ont également pris la parole contre Steve Obeegadoo.

Ce dernier s’est défendu. « Les échanges étaient très durs. Steve Obeegadoo a expliqué qu’il n’a fait que répéter ce qu’il dit depuis les élections générales de 2014, c’est-à-dire que le MMM doit se remettre en cause et que le statu quo ne peut continuer. Il a précisé qu’il ne fait aucun tort au parti, mais qu’il faut parler à l’électorat et aux militants », indique une source. Contacté lundi soir, Steve Obeegadoo n’a pas souhaité faire de déclaration.

Si certains insistaient pour qu’il présente ses excuses, il a refusé de le faire. « Steve Obeegadoo a dit qu’il œuvre en faveur du parti et il a maintenu sa position », confirme un autre informateur. Onze membres du BP se sont exprimés contre lui.

Pradeep Jeeha, leader-adjoint du MMM, est, quant à lui, venu à la rescousse de son camarade de parti. Il a mis en doute la motion de blâme, affirmant qu’elle va à l’encontre de la constitution du parti. En d’autres mots, il reproche au BP de griller les étapes et de ne pas appliquer la bonne procédure. Il a demandé que « le linge sale ne soit pas lavé en public » et que le MMM fait l’actualité pour les mauvaises raisons et cela depuis fin 2017. Pradeep Jeeha n’a pas non plus voulu commenter.

Au moment du vote, 21 personnes se sont exprimées en faveur de la motion. Cinq, dont Pradeep Jeeha et Aadil Ameer Meea, ont voté contre. Deux membres se sont abstenus. La motion de Paul Bérenger n’a donc pas obtenu l’unanimité : il lui manquait un quart des voix. Le leader du MMM a décidé de mettre fin à la réunion. C’est la première fois depuis de longues années que le BP mauve vote une motion de blâme contre un de ses membres.

50 ans de l’Indépendance

50 ans de l’Indépendance