[Vidéo] Salman Khan craint l'échec

Par Le Défi Quotidien O commentaire
Salman Khan

Salman Khan souffre du larynx, mais il doit faire la promotion de sa prochaine sortie, « Tiger Zinda Hai ». Alors, il se présente un peu partout, comme au Hindustan Times Leadership Summit.

C'est un grand plaisantin, affirmant que sa vie est monotone, mais que la presse rend sa vie intéressante, qu'il a donné deux succès (Khamoshi The Musical, Hum Dil De Chuke Sanam) à Sanjay Bhansali qui est allé engager Shah Rukh Khan pour Devdas. Il se plaint qu'il a été mal compris pendant 30 ans.

« Tout le monde chez vous mène une vie meilleure que moi. Je travaille depuis l'âge de 15 ans. J'ai dormi dans la voiture, vu l'absence d'une fourgonnette. Quelque fois, je travaille 24 heures d'affilée », a déclaré Khan.

Lorsque Shekhar Gupta, rédacteur en chef du portail d'informations The Print, qui était le modérateur de la session, lui a demandé, quel était le principe le plus difficile d'être Salman Khan, l'acteur a lancé un dialogue populaire de son film Wanted. « Une fois que je me suis engagé, rien ne peut me détourner de cet engagement », dit-il. En fait, Salman oublie le nombre de fois qu'il débarque sur le plateau à l'heure qu'il veut.

Vêtu d'un costume gris foncé, Salman a déclaré que, bien qu'il ait 52 ans, il est toujours aussi enthousiaste qu'il l'était auparavant. Quand un membre de l'auditoire lui a demandé comment il parvient toujours à paraître jeune, l'acteur a déclaré, « Mentalement, je suis encore en train de grandir ; j'ai à peu près 27 ans maintenant ».

Sur le harcèlement sexuel, Khan a dit qu'il ne connaît pas de tels cas dans l'industrie cinématographique hindi. « Je suis ici depuis très longtemps et mon père aussi. Jusqu'à ce jour, je n'ai jamais entendu cela. Personne n'a dénoncé un agresseur. Certains, pensent qu'ils ne seront pas inquiétés, que les filles vont se taire. Je pense que le harcèlement sexuel est la chose la plus dégoûtante de cette planète et si je rencontre un tel cas, le coupable va payer », affirme-t-il.

Interrogé sur la dispute de Padmavati, Khan a dit qu'il n'est pas juste de blesser les sentiments de qui que ce soit, mais il n'est pas, non plus, juste de faire des commentaires sans voir le film. « La Cour suprême et le Bureau de censure prendront la bonne décision et les gens devraient respecter cela. Je l'ai fait », a déclaré l'acteur, se référant à ses propres cas en Cour.

Khan a terminé la session sur une note philosophique, se creusant la tête quand on lui a demandé comment il traitait les échecs. « En amour, je suis habitué à mes échecs. Mais, dans la vie, faire face à l'échec est difficile. Quand cela ne va pas, je sors de mon appartement. Je vois le gardien qui dort après avoir fait deux tours, les fans qui attendent dehors pour espérer me voir, quelqu'un qui lave une voiture, je pense à ce moment-là que je suis chanceux. Mes parents sont en bonne santé, mes frères et sœurs se portent bien et les fans m'aiment. Nous sommes bénis. 99 % de la population de notre pays ne peuvent se permettre ce style de vie. Ils ne reçoivent pas autant d'amour et d'adulation », termine le roi de Bollywood.