Shyam Dausoa fait découvrir la cuisine mauricienne aux États-Unis

Par Kamlesh Bhuckory O commentaire
C’est en 2014 que le chef mauricien ouvre sa première foodcart.

Dans les villes et villages, nombreux sont les Mauriciens qui gagnent leur vie en vendant des plats typiques en bordure de routes ou dans de petits restaurants. Cette expérience authentique, Shyam Dausoa l’offre désormais aux passagers qui transitent par l’aéroport international de Portland, dans l’Oregon, aux États-Unis.

Dans son restaurant, Chez Dodo on retrouve de nombreuses spécialités. Mines frits, meefoon, poulet et agneau, pimentés légèrement ou à l’extrême - baptisés Island Fever et I Dare You - pulao, dholl puri et d’autres plats végétariens. La spécialité de Chez Dodo, c’est le « shyamossa »,  un samossa revu et corrigé par le chef Shyam Dausoa, truffé de pommes de terre, de légumes ou de poulet, au choix.

«Nous sommes très honorés que Chez Dodo se retrouve dans l’enceinte de l’aéroport, confiait Shyam Dausoa, 33 ans, avant l’ouverture. Aux Etats-Unis, l’aéroport de Portland a été primé quatre fois de suite. Chaque année, quelque 19,5 millions de passagers l’utilisent. Nous avons l’opportunité d’y montrer ce que le Mauricien aime et sait faire, de même que sa culture et son sens de l’hospitalité. »

Chez Dodo est une fusion des cuisines de rue mauricienne et américaine. C’est une « foodcart», roulotte transformée en cuisine mobile où l’on prépare les mets pour les vendre aux passants. Dans les séries et les films américains, il est très commun de voir les protagonistes s’y arrêter pour acheter un burger ou un hot dog. Shyam Dausoa, lui, ne propose que des plats mauriciens.

Honorer la cuisine de rue

L’aéroport de Portland a voulu honorer la cuisine de rue à sa façon. On y trouve désormais un espace dédié à ce type de restauration qui reflète la diversité de Portland. La seule différence, c’est que la roulotte est aménagée comme un restaurant. Les repas sont concoctés dans une grande cuisine commune. Les clients ont accès à un vaste espace où ils peuvent s’asseoir, manger et profiter de la vue sur les terminaux et le tarmac.

Shyam Dausoa a ouvert sa roulotte trois ans après avoir démarré son entreprise dans le centre de Portland, la ville principale de l’état de l’Oregon. Il n’y a pas de meilleur endroit car, selon le site wikipedia.com, environ 60% de la population de l’Oregon habitent dans la région métropolitaine de Portland. « Ayant fait carrière dans l’hôtellerie, j’ai saisi l’opportunité d’y introduire la cuisine mauricienne», indique Shyam Dausoa qui a travaillé pendant six ans dans ce secteur à Dubaï, avant de se rendre aux États-Unis, dans le cadre d’un programme de stages à San Francisco. « L’ouverture de Chez Dodo à l’aéroport, c’est notre plus grand défi relevé à ce jour ! »

Une histoire d’amour

Chez Dodo n’aurait jamais existé sans une histoire d’amour. Celle de Shyam et de Laura. En 2008, ils se rencontrent à l’université. Laura, étudiante, craque pour ce jeune Mauricien charmeur et charmant... Ils se marient civilement en 2009 et, en 2015, ils viennent à Maurice pour célébrer les noces. L’épouse de Shyam n’avait jamais entendu parler de notre île avant. Puis, ils sont repartis dans l’Oregon où Laura suit des cours pour devenir infirmière. Elle s’est aussi fixée le but de faire connaître le coin de paradis qu’est notre île aux Américains. « De l’Oregon à Maurice, c’est 35 heures de voyage et trois avions différents ! » s’exclame-t-elle.

Après le charme de son époux, Laura a succombé à celui des saveurs locales. Pour les gajaks, c’est le chana puri. Vient ensuite le dholl puri. En hiver, le halim à base d’agneau prend le dessus et les sept caris, servis sur une feuille de banane, lors des cérémonies religieuses sont très prisés. «Everyone on the island seems to cook them a little different but they’re always wonderful to eat », précise Laura. « I could speak all day about what I love in mauritian cuisine. It’s so tasty. »

Zoli serait-on tenté de dire… Signe que la culture mauricienne a bel et bien pris racine à 16 000 kilomètres de chez nous…