SRK vient en aide aux victimes d’attaques à l’acide

By Le Défi Quotidien O commentaire
SRK

Shah Rukh Khan a encore une fois prouvé qu’il n’est pas seulement une superstar, mais une personne qui se soucie de ses compatriotes les plus défavorisés. Lors d’une interview au San Francisco Film Festival, il a dit qu’il aimerait venir en aide aux victimes d’attaques à l’acide pendant toute sa vie. Sa fille, Suhana Khan, continuera cela après lui.

Les femmes indiennes sont souvent victimes de ces actes barbares. Des amoureux éconduits qui cherchent à se venger de ce rejet en détruisant ce que la femme porte de plus précieux : sa beauté.

Pour les victimes, ce n’est pas seulement une attaque au visage, mais elles sentent aussi brûlées dans leur âme. Souvent elles doivent abandonner leurs études. Tous leurs rêves sont ainsi brisés.

Stop Acid Attacks, association basée dans le Nord de New Dehli, lutte pour endiguer ce fléau. Elle propose des chambres pour les femmes qui ont besoin de trouver refuge, réclame une loi pour réglementer la vente d’acide connu sous le nom de Tezaab, normalement destiné à nettoyer des outils rouillés.

L’attaque à l’acide n’était pas mentionnée dans le Code pénal indien. C’est uniquement à la suite des manifestations contre les violences faites aux femmes, provoquées par le viol collectif du 16 décembre 2012, que les parlementaires ont inscrit ce crime, qui est maintenant puni d’une peine allant de dix ans de prison à perpétuité. En cas de décès de la victime, le meurtre est réprimandé par la peine de mort en Inde.

Mais cela ne semble pas avoir particulièrement freiné les criminels : environ trois attaques à l’acide sont toujours perpétrées chaque semaine en Inde, selon les associations impliquées dans l’aide aux victimes. La Cour suprême a publié une directive qui oblige les vendeurs d’acide à déclarer leur stock et enregistrer l’identité des acheteurs. Mais son application sur le terrain est encore floue et leur efficacité sur le long terme s’avère douteuse, selon ces mêmes associations.