Yasmine Elaheebocus : «Être femme et entrepreneuse, c’est comme exercer plusieurs emplois à plein temps»

Par Leena Gooraya-Poligadoo O commentaire
Yasmine Elaheebocus.

Si l’entrepreneuriat est la voie de l’indépendance, ce n’est pas pour autant celle de la facilité. Pour Yasmine Elaheebocus, directrice et fondatrice de Bella Floor, il faut savoir prendre des risques, s’entourer de personnes compétentes et surtout bien mesurer l’impact de ses décisions.

Bella Floor est une entreprise spécialisée dans la vente et l’installation des parquets laminés. « Notre entreprise a bâti sa renommée autour d’une gamme de produits de haute qualité, durables et reconnus à l’échelle internationale. Nous proposons une variété de parquets tendances, esthétiques et faciles à entretenir et pour toutes les bourses », confie Yasmine Elaheebocus.  « J’ai créé Bella Floor en 2010 avec le soutien de ma famille. Très vite, j’ai dû embaucher des salespersons, des chauffeurs et un comptable.  Aujourd’hui nous avons deux showrooms à Maurice », indique-t-elle.

Cette dernière n’est pas dans ce domaine par pur hasard.  Plus jeune, elle travaillait dans un magasin de meubles en bois mais elle rêvait toujours de se mettre à son compte et d’être chef d’entreprise. « C’est sans doute un héritage familial. Chez nous, nous sommes pour la plupart entrepreneurs », dit-il.

Au départ, Yasmine cherchait un produit dont les Mauriciens avaient besoin et dont les ventes augmenteront. « J’ai pensé aux parquets laminés car autour de moi les gens en achetaient. Au début, je me fournissais chez un distributeur local. Puis un beau jour,  j’ai pris le risque d’importer mes produits », se souvient-elle. Ce fut un challenge financier et une nouvelle structure à développer. Si au départ elle avait comme principaux clients des particuliers, aujourd’hui elle compte aussi des hôteliers et des compagnies de construction. « Les ventes ont été excellentes en 2017 et j’ai participé à divers salons où  les Mauriciens ont découvert mes produits », relate-t-elle.

Challenge

Toutefois, selon Yasmine Elaheebocus, l’entrepreneur doit constamment relever des défis. « Chaque fois qu’on investit des milliers de roupies, c’est un nouveau challenge et de nouvelles perspectives qui s’imposent à nous ».  Mais c’est le défi de la concurrence qu’il ne faut pas sous-estimer. « Maurice étant un marché compétitif, nous devons toujours innover. Nous jouons sur la qualité afin de nous démarquer. »

Sa résolution pour 2018 est de mieux s’organiser afin d’accorder plus de temps à sa vie familiale et spirituelle. Yasmine Elaheebocus est d’avis qu’une entrepreneuse doit avoir des qualités de leadership et bien gérer ses ressources humaines. Elle doit vivre son métier comme une vocation et pouvoir s’immerger dans son équipe pour vivre toutes les difficultés et les réussites et surtout, savoir rehausser le moral de chaque collaborateur.

À noter que Yasmine Elaheebocus envisage d'ouvrir un nouveau showroom à l’avenue Pasteur, Quatre-Bornes, en mars.