Economie

Secteur bancaire : la SBMH bientôt entièrement numérisée avec davantage de services en ligne 

280518_sbm.jpg Plusieurs innovations technologiques sont à l’essai avant leur lancement prochainement.

La State Bank of Mauritius Holding (SBMH) est sur la bonne voie pour devenir une banque entièrement numérisée. Le programme de transformation technologique initié depuis quelques années a donné lieu à des offres bancaires en ligne. Pour le deuxième établissement bancaire du pays, il s’agit d’aller plus loin. C’est ce qui ressort d’un entretien accordé par Kee Chong Li Kwon Wing et Andrew Bainbridge, respectivement président du conseil d’administration et CEO de SBM Holdings à la publication International Banker.  

«Il nous faut continuer dans cette direction vers des offres pleinement numériques. Nous devons mobiliser toutes les applications mobiles nécessaires, car avec le concept de village planétaire, les gens sont plus avisés en matière d’utilisation de smartphone et en termes de connectivités. C’est pourquoi, nous bougeons des services bancaires classiques à ceux disponibles en tout temps et en tous lieux. Nous sommes totalement engagés à mettre en œuvre une banque digitale, virtuelle à grande échelle à la SBM. Nous espérons pouvoir le déployer dans quelques mois. Nous avons pu tester à ce jour plusieurs de ces technologies innovatrices et serons en mesure d’offrir des services modernes et une meilleure expérience à nos clients», confie Kee Chong Li Kwon Wing. 

Le CEO de la banque ajoute que l’interface électronique a d’ailleurs été récemment mise à jour et les commentaires des clients sont actuellement examinés. La banque a aussi lancé l’automatisation robotique des processus des possibilités de paiements du système SWIFT. Il explique que ces changements apportent des capacités automatisées pour que la banque puisse opérer sur une base 24/7 au lieu que de neuf heures par jour. 

Jouer dans la cour des grands

Abordant la stratégie régionale du groupe, le président met en évidence la saturation du marché bancaire domestique. En se positionnant comme prestataire bancaire au sein du centre financier mauricien qui agit comme portail d’investissement en Asie et en Afrique, la SBMH compte profiter de l’énorme opportunité qu’offre Maurice comme passerelle entre ces deux continents.

Il s’agit aussi pour la banque d’accompagner ses clients qui prospectent de nouveaux marchés en Afrique, en Inde et au Bangladesh pour  leurs industries textiles et autres domaines actuellement en pleine expansion dans la région.

«C’est une démarche naturelle et logique de procéder ainsi, de s’ouvrir et d’aller plus loin dans la région. D’ailleurs, nous sommes aussi en ligne avec la politique du gouvernement qui mène une stratégie définie pour une expansion au-delà, surtout en Afrique», dit-il. 

Malgré sa taille, Maurice peut jouer dans la cour des grands en raison de ses capacités intellects. Avec une licence d’opérer aux Seychelles, la banque compte démarrer, dans un proche avenir, ses opérations. «Ce qui signifie que nos clients pourront bénéficier d’un service couvrant dans l’océan Indien. Notre présence en Inde, associée à celle au Kenya nous permet d’offrir et de faciliter les flux commerciaux et de services triangulaires de l’Inde au Kenya, du Kenya à Maurice et de Maurice jusqu’en Inde. J’estime que c’est une proposition intéressante pour nos clients», souligne Andrew Bainbridge.

En parallèle, la SBMH compte aussi développer ses services dans le domaine de la gestion de patrimoine, car l’Afrique recèle un bon nombre de particuliers disposant d’une valeur nette élevée. Elle envisage de mêmes développements dans le secteur non-bancaire dont l’assurance et les fonds de pension, entre autres.