Elisabeth, 73 ans, la doyenne des réfugiés

Par Reshad Toorab O commentaire
Elizabeth

De nombreuses personnes ont dû évacuer leurs maisons inondées avec le passage de la forte tempête tropicale Berguitta pour aller dans les centres de refuge. Dans l’un de ces centres - celui de Bambous - nous avons fait la connaissance de Marie Elizabeth L’Éveillé, 73 ans, soit la plus âgée parmi les réfugiés. Nous avons aussi rencontré le plus jeune, un nourrisson de 16 jours

À l’approche du cyclone, la senior, qui a 5 enfants, 21 petits-enfants et 7 arrière-petits-enfants, s’était retrouvée prisonnière de sa maison en bois sous tôle où l’eau avait commencé à s’infiltrer et à monter dangereusement. Il a fallu une opération policière montée au coeur de la nuit, soit à 2 heures du matin jeudi, pour évacuer la vieille dame vers le centre de refuge de Bambous.

Il s’agit d’un endroit depourvu d’aménités de base. Donc pas moyen de se reposer durant la nuit. Il n’y a ni matelas, ni de couvertures. Les enfants sont les plus exposés. Pour Elisabeth, qui habite Cité La Ferme, à Bambous, avec sa fille, c’est la première fois qu’elle vit une telle expérience. Généralement, en temps cyclonique ou pluvieux, elle se rend chez des proches.

Souffrant de diabète et d’hypertension, Elisabeth n’a pas fermé l’œil depuis son arrivée au centre. Elle ne peut même s’allonger sur le matelas humide. En ces moments difficiles, elle pense aux autres: « C’est vraiment pénible de voir tous ces pauvres gens dans une telle situation », dit-elle.

Elle souhaite que, dans son combat contre la pauvreté, le gouvernement trouve une solution rapide pour toutes ces familles de refugiés. « Il faudra les aider à construire une maison convenable afin que le même scenario ne se reproduise pas. Get sa kantite dimoun ki dan problem isi. Sa montre ki kantite fami pe viv dan povrete e pena mem enn bon lakaz. Nou espere Premye minis ed nou tou », dit Elisabeth.